malestroit Malestroit : le camping municipal en passe d'être vendu ?

Si rien n'est encore validé, la vente du camping et des terrains attenants à un porteur de projet, « Malestroyen d'origine », semble en bonne voie pour la saison prochaine.

10/05/2017 à 17:44 par sylvain.clement

Le camping municipal de la Daufresne est ouvert depuis le 1 mai et ce, jusqu'au 15 septembre prochain. -
Le camping municipal de la Daufresne est ouvert depuis le 1 mai et ce, jusqu'au 15 septembre prochain. -

Prudence et discrétion. À l’évocation du dossier camping, le maire de Malestroit Bruno Gicquello, demeure dans sa réserve. Aucun nom ne sortira de sa bouche concernant l’identité du porteur de projet désireux d’acheter la structure et les terrains voisins. Il faudra se contenter d’un timide « Malestroyen d’origine » en guise d’indice. Aucun prix de vente ne sera confié. « Je ne peux rien vous dire pour le moment. C’est en stand-by. Les négociations se poursuivent entre l’intéressé et notre cabinet d’avocats qui gère le dossier. On a fait expertiser le camping par France Domaines, le dossier suit son cours. Sachez juste que ce n’est pas un permis constructeur mais bien un permis de réaménagement et de réhabilitation de cette zone inondable qui est aujourd’hui au centre des négociations », précise le premier élu.

En octobre 2016 déjà, la question de l’avenir du camping de la Daufresne était venue s’inviter au centre des débats. Sans que cela ne débouche sur une issue favorable. N’ayant pas « la capacité financière nécessaire » pour développer la structure et au regard « de l’endettement de la commune », la ville de Malestroit a décidé d’accélérer le processus en cette année 2017. Profitant du départ à la retraite prochain de son régisseur actuel.

« Cela serait du cash qui rentrerait dans les caisses »

« Il va faire valoir ses droits à la retraite très prochainement. On a donc planché sur trois hypothèses. Celle de la poursuite de la gestion en régie, celle de passer l’outil en délégation de service public ou la vente sèche. À la vue du projet actuel qui nous est proposé par le particulier, c’est aujourd’hui l’option qui est retenue et que l’on espère voir aboutir », confie Bruno Gicquello, d’un ton ferme et décidé. Ouverte depuis le 1er mai et jusqu’au 15 septembre prochain, la structure restera sous la houlette municipale concernant « la gestion du domaine public » pour 2017. Avant que les choses n’évoluent « pour 2018-2019 », si jamais un accord financier est trouvé entre les deux parties.

Un « changement de cap » qui ne serait pas vue d’un mauvais œil par l’exécutif au regard des comptes actuels : « L’investisseur est prêt à moderniser le tout sur une surface de quatre hectares. C’est vraiment un projet conséquent. Pour nous, en tant que responsables de la mairie, ce serait du cash qui rentrerait dans les caisses de Malestroit et qui serait réinvesti pour le bien de la collectivité. »

Mais bien sûr, « ne mettons pas la charrue avant les boeufs », avance timidement l’élu : « On vous tiendra au courant et communiquera les coordonnées de la personne en temps voulu. » Patience, patience…

56140 malestroit

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne