Taupont Politique : la commune de Taupont est-elle mise à l'écart?

Aucun élu de Taupont ne figure dans le bureau de Ploërmel communauté. Un fait qui interpelle pour la cinquième commune, en termes de population, du conseil communautaire.

12/04/2017 à 15:43 par Administrateur

Trois élus de Taupont font aujourd’hui partie du conseil communautaire. Seuls les communes de Mauron et Ploërmel possèdent plus d’élus membres de Ploërmel communauté. Et pourtant, ni François Blondet, ni Jean-Charles Sentier, ni Gwénaëlle Cauhape ne font partie du bureau. Un comble pour la ville de Taupont, qui se classe en 5e position en nombre d’habitants. Suite à la loi NOTRe et la fusion des communautés de communes de Josselin, Mauron, La Trinité-Porhoët, Val d’Oust et Ploërmel, le 1er janvier 2017, les cartes ont été redistribuées. Et malheureusement Taupont en a fait les frais.

Les élus se sont exclus eux-mêmes

Une absence qui pose question puisque François Blondet avait été nommé premier vice-président de la communauté de commune de Ploërmel, en 2014… D’où l’inquiétude des élus de l’opposition à Taupont. Cécilia Broban, Elisabeth Rault, Paul Chantrel et Charles Mauduit aimeraient aujourd’hui obtenir des explications. « C’est une très mauvaise nouvelle pour les Taupontais et les Taupontaises. Nous nous interrogeons sur les raisons de cette absence dans une instance où il est essentiel de siéger pour prendre part aux orientations de Ploërmel communauté. »

« La conférence des maires n’est qu’un faux-semblant »

Mais les élus se sont exclus eux-mêmes selon Patrick Le Diffon, président de Ploërmel communauté : « J’ai proposé de faire un bureau des communes afin que tout le monde dispose d’un représentant dans le bureau. Il s’agissait du maire ou de son suppléant. Quelques communes n’ont pas accepté comme Taupont mais aussi Montertelot, Monterrein et Gourhel. »

Ce à quoi François Blondet répond : « La création d’une conférence des maires n’est qu’un faux-semblant sachant qu’elle n’a aucun pouvoir décisionnaire. Je pense qu’aucun maire n’est vraiment dupe de cette hypocrisie. » Le maire de Ploërmel souligne également que pour entrer dans le bureau, déjà fallait-il postuler. « Aucun élu de Taupont n’a candidaté pour un poste de vice-président. M. Blondet a envoyé un courrier indiquant qu’il souhaitait s’occuper de l’aspect média-numérique. Mais cela ne représentait qu’une partie d’un poste de vice-président. » Guy Le Bolu, vice-président en charge de l’économie et de l’aménagement numérique, a donc été préféré au maire de Taupont. François Blondet se défend, arguant qu’aucun des anciens présidents des Communautés de communes ne lui a répondu. « Devant ce constat de non réponse il était évident qu’il y avait une volonté d’interdire ma présence en tant que vice-président au bureau communautaire. Par conséquent, il ne servait à rien de proposer ma candidature à la responsabilité de vice-président. »

Refus de rejoindre une commission

Les maires ont toutefois la possibilité de participer à des commissions. « C’est dommage que des communes n’aient pas tenu à être présentes dans le conseil des communes. Mais c’est un choix. Par exemple, Martine Le Guilly, la maire de Montertelot, a tout de même décidé de s’investir en rejoignant une commission. » Au contraire de François Blondet qui n’a pas souhaité s’inscrire.

Yann Clochard

 

56800 Taupont

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne