Ploërmel Gaëtan Giraud : l'apprenti a bien grandi

C'est l'histoire d'un jeune homme. Qui ne savait pas quoi faire de sa vie. Et qui dirige aujourd'hui, d'une main de maître, l'entreprise Brocéliande Médical composée de 29 salariés répartis entre les établissements de Ploërmel, Vannes et Pontivy.

12/04/2017 à 15:41 par sylvain.clement

Le directeur de Brocéliande Médical, installé dans l'un des fauteuils vendus dans son magasin situé à Ploërmel, au parc dactivités La Lande du Moulin. -
Le directeur de Brocéliande Médical, installé dans l'un des fauteuils vendus dans son magasin situé à Ploërmel, au parc dactivités La Lande du Moulin. -

On aurait pu en remettre une couche sur l’entreprise. Dire que la boutique tourne à plein régime. Que le magasin de Ploërmel spécialisé dans le commerce du matériel médical est le plus grand de France avec ses 850 m2. Puis, l’attention s’est finalement portée sur la destinée de l’homme qui se cache derrière le patron. Sur cet individu trapu dont Fabien Barthez apprécierait la coupe, né à Ploërmel le 3 novembre 1969 et dont l’ascension fulgurante peut faire office d’exemple. « Il faut que je vous parle de moi ? Je ne m’attendais pas à ça », plaisante le boss.

Débuts à la pharmacie Laennec

Et pourtant, il en a des choses à dire. Notamment concernant son orientation professionnelle. Fruit du hasard le plus complet ou plutôt d’un instinct maternel bien senti. « Quand je suis sorti de 3e, je ne savais pas ce que je voulais faire. Personne de ma famille n’est dans le médical, j’ai juste eu des grands-parents hyperactifs dans le commerce. Alors j’ai décidé de refaire une troisième. Malheureusement, à 16 ans, je n’étais pas plus avancé. Et là, je n’ai pas eu le choix. Ma maman m’a mis en apprentissage à la pharmacie Laennec pour une durée de 2 ans. Je ne vous dis pas comme j’ai tiré la tronche », se souvient encore le dirigeant. Pour 650 francs mensuels, le voilà plongé dans le grand bain de la vie active. Couvé par un « employeur qu’il portera toujours dans son cœur », celui qui se définit à l’époque comme « hyper timide » doit faire face à la clientèle. Pas évident. « Mais bon, à force, j’ai fini par me dire que c’était un boulot comme un autre, ajoute-t-il. J’étais au chaud, au sec, ça allait. En parallèle, j’ai poursuivi une formation de cinq ans au CFA de Lorient et j’ai fini par m’adapter à mon nouvel environnement ». Tellement bien qu’il ne veut plus en partir. Diplôme en poche, gérer le comptoir et sortir les prescriptions médicales deviennent choses aisées.

« Je regrette la disparition du service militaire »

Une fois la « timidité partie », Gaëtan Giraud forme les futurs apprentis. Il n’a alors que 18 ans et son envie d’apprendre ne cesse de croître : « Le patron voulait développer l’activité orthopédique et tout ce qui touche au matériel médical. Un jour je suis allé livrer un lit avec lui et ça m’a plus. De fil en aiguille, je suis devenu un petit référent en la matière sur Ploërmel. » Douze mois de service militaire au sein du pôle santé de l’hôpital de Lorient le coupent dans son élan. Mais le jeu en valait la chandelle : « Je regrette la disparition du service. J’ai appris beaucoup de choses durant ce laps de temps. Cette expérience a été un vrai complément dans ma formation. » De retour à Laënnec, le préparateur en pharmacie s’éclate. S’épanouit au contact de la clientèle, apprécie ses collègues et adule son employeur. Et, cerise sur le gâteau, rencontre 15 jours après son retour du pays des Merlus, celle qui deviendra sa future femme. Sa destinée semble tracée. Mais l’avènement et la prolifération du générique stopperont sa première carrière : « Je n’ai pas supporté l’état d’esprit né du générique. Obliger les gens à en prendre pour faire des économies à la sécurité sociale, ce n’était pas possible pour moi. »

10 pages Word pour projet

Alors, sans un sou en poche mais « avec l’aide d’une collègue comptable, d’offres d’internet gratuites, de CD et un prêt de 5000 euros », il se lance dans le grand bain de l’entrepreneuriat. Avec le désir de faire naître sur Ploërmel une structure spécialisée dans la vente de matériels orthopédique et médical. Un document de 10 pages Word en sorte de business plan voit le jour. « Je le garde précieusement dans l’armoire de mon bureau mais je ne vous le montrerai pas », plaisante le quadragénaire. Un premier magasin de 70 m2 sort de terre rue du Val. La suite, on la connaît : une trentaine de collaborateurs recrutée, une holding montée, trois établissements dans le Morbihan bâtis dont l’un à Pontivy et l’autre sur Vannes. Une élévation sociale soudaine qui n’a guère transformé le personnage. Si ce n’est la veste de costard en plus et davantage de confinement dans son bureau. Poste de boss oblige : « C’est ce qui me manque le plus je crois, le contact avec les gens. Mais bon, je suis bien obligé d’être derrière mon PC pour suivre les commandes, les mails. »

Âgé de 47 ans, l’homme d’affaires ne se voit pas ailleurs qu’à Ploërmel, « une petite ville dynamique proche de tout » dans laquelle lui et sa petite famille se plaisent à merveille. Passé par l’école Saint-Louis et le collège Sacré-Cœur, il espère mener la barque de sa boîte « pendant encore 15 ans », lui qui confesse « ne pas savoir rester sans rien faire et être complètement drogué par son métier. »

« Mon fils à ma place ? J’aimerais bien »

Se posera ensuite la question de la succession. Avec l’hypothèse de voir un Giraud prendre la place d’un Giraud. Mais « laissons à Quentin », actuellement en 1re année de bac pro commerce, se positionner sur le dossier. Même si papa le drague ouvertement : « Je n’ai qu’un fils, j’aimerais bien. Mais il a besoin de faire ses armes également. Si à 20 ans, il me dit j’ai envie de bosser avec toi, je lui répondrais par l’affirmative avec grand plaisir. Mais oui, Quentin à ma place, ça serait l’idéal. » Réponse en 2033 pour voir si une dynastie est en marche.

Sylvain Clément

56800 Ploërmel

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne