La Trinité-Porhoët  L'ADMR recrute des auxiliaires de vie: 4 à 5 postes à pourvoir !

Depuis septembre, l'ADMR du Porhoët recherche 4 à 5 auxiliaires de vie sociale pour subvenir à ses besoins... mais en vain ! Depuis six mois, l'association peine à trouver des candidats. Une incompréhension pour les salariés qui affirment exercer un « beau métier ».

28/12/2016 à 16:17 par maeva.dano

Recherche active de renforts à l'ADMR ! -
Recherche active de renforts à l'ADMR ! -

L’ADMR (anciennement Aide à Domicile en Milieu Rural) est un réseau associatif de services à la personne. Fondé en 1945, il intervient de la naissance à la fin de vie dans quatre domaines : l’autonomie, les services de confort à domicile, la famille et la santé.

Accompagner la dépendance

Proposant des services comme l’aide à l’autonomie et les soins à domicile, l’ADMR est plutôt dirigée vers les « personnes dépendantes », en particulier les personnes âgées. En effet, c’est le public le plus demandeur de services. Plus globalement, elle intervient auprès de personnes ayant besoin de soins : les personnes handicapées, les familles…

Un peu d’histoire…

L’ADMR du Porhoët a été créée en 1968 à La Trinité-Porhoët où se situe encore son siège social. A l’époque, l’association n’employait qu’une salariée. Les besoins se concentraient alors exclusivement sur l’aide familiale. « L’idée était de se rendre dans les familles, nombreuses à l’époque et d’offrir un service de garde d’enfants afin de soulager les parents », explique Claudine Lalican, secrétaire de l’antenne associative.

Ce n’est que dans les années 1980 que la problématique des personnes âgées émerge, obligeant la structure à étendre ses compétences et champs d’actions. « L’association a développé ses services à destination des familles et commencé à intervenir auprès des seniors et des personnes handicapées. En 1984, elle comptait 5 salariés. »

35 salariés en 2016

Développement fulgurant

Le vieillissement de la population, associé à la politique du maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie, amène l’ADMR à accentuer ses efforts auprès des seniors ; ce service devient, au fil du temps, prédominant. Amenée à évoluer et à répondre aux besoins toujours plus importants des personnes âgées, la structure voit son effectif exploser pour atteindre 35 salariés en 2016.

Besoin de recruter !

Même avec 35 salariés, impossible aujourd’hui pour l’ADMR de répondre aux demandes « croissantes » du territoire du Porhoët. Aussi, depuis septembre, l’association cherche à embaucher 4 à 5 auxiliaires de vie sociale. Hélas, les postes à pourvoir depuis six mois sont toujours vacants. « Pourtant, il y a eu quelques candidats, atteste Claudine Lalican, mais la plupart perçoivent ces postes de manière contraignante. »

Horaires matinaux ou tardifs, travail en coupures, le week-end à raison d’une fois par mois… Beaucoup seraient freinés par les exigences qu’implique le fait d’exercer à domicile. « C’est dommage, regrette Claudine, l’unique salariée de La Trinité-Porhoët. Auxiliaire de vie est un si beau métier. »

« Un très joli métier »

Isabelle Audrain et Euralyne James savent de quoi elles parlent. Auxiliaires de vie sociale, elles connaissent les atouts mais aussi les inconvénients de la profession. « C’est vrai, il faut parfois aller travailler tôt pour lever les personnes âgées, ou parfois tard, pour les aider à se coucher, mais leur apporter soutien et assistance quotidiennement donne une telle satisfaction ! »

« Très gratifiant »

Assurant la toilette, l’habillage, la préparation des repas, les tâches ménagères des personnes auprès desquelles elles interviennent, elles l’affirment : « A côté de tout cela, on vit des moments privilégiés. Souvent isolées, ces personnes apprécient notre compagnie et nous le font sentir, parfois par un simple sourire. Nous avons en retour beaucoup de reconnaissance. C’est une profession très gratifiante. »

Pas des femmes de ménage !

Pourtant, elles le concèdent, le métier d’auxiliaire de vie bénéficie d’une image peu valorisante. « Nous sommes souvent assimilées à de simples femmes de ménages. Or nous sommes bien plus que ça ! Avant d’être là pour accomplir des tâches, comme pourraient le faire des machines ou des robots, nous sommes avant tout présentes pour apporter un peu de relationnel et de contact humain. » Au besoin, elles sont même amenées à diriger les personnes dont elles doivent s’occuper auprès de professionnels de santé. « Médecins, kinés, infirmières… Nous travaillons régulièrement en réseau. »

Problème de reconnaissance

Parfois considéré comme un membre de la famille, l’auxiliaire de vie a une grande importance aux yeux des seniors, notamment de ceux qui souffrent de solitude. « Nous sommes parfois leur seule visite de la journée, voire de la semaine ! Dans ce cas, nous sommes leur rayon de soleil, les personnes qui leur apportent un peu de chaleur et de bonheur. » Aussi, elles insistent : « Nous méritons davantage de reconnaissance. »

Maëva Dano

Pratique

Pour postuler comme auxiliaire de vie, contacter le 02 97 93 98 81 et/ou envoyer votre CV et lettre de motivation (au nom de Anne-Marie Raulo, la présidente de l’antenne associative) par courrier à ADMR – salle polyvalente – 56490 Mohon ou par mail à triniteporhoet@admr56.com.

56490 La Trinité-Porhoët

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Vidéo du moment

Les agriculteurs bloquent la sortie d'un camion de collecte de lait à Lanouée.

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne